Aller au contenu principal

    Informations scientifiques étayant la proposition commune de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis visant à l'établissement d'une aire marine protégée dans la région de la mer de Ross

    Demander un document de réunion
    Numéro du document:
    SC-CAMLR-IM-I/08
    Auteur(s):
    Délégations des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande
    Soumis par:
    Approuvé par:
    Admin Admin
    Résumé

    La Commission a chargé le Comité scientifique de faire le bilan des informations scientifiques étayant une proposition commune de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis visant à l'établissement d'une aire marine protégée (AMP) dans la région de la mer de Ross (RSR pour Ross Sea Region). Une grande quantité d'informations a déjà été présentée au Comité scientifique et à ses groupes de travail, dont nous présentons ici une synthèse brève et annotée. Nous avons structuré notre résumé en faisant le lien entre les données géographiques et les objectifs spécifiques de protection et scientifiques de l'AMP proposée, et présentons une synthèse des informations scientifiques ayant trait aux zones côtières et au plateau continental, à la pente continentale, aux îles Balleny et aux régions adjacentes, ainsi qu'à la partie nord de la RSR. Une série de cartes (en appendice) illustre la répartition géographique des animaux et des processus écosystémiques en fonction des limites de l'AMP de la proposition commune. Lorsque toutes les aires de distribution pertinentes sont superposées sur une carte, il est évident que l'AMP peut produire un niveau élevé de protection et de résultats scientifiques qui pourraient aider le Comité scientifique à comprendre les effets de la pêche sur l'écosystème, par rapport à ceux du changement climatique, et permettre ainsi une meilleure gestion des pêcheries de légine en général. Pour atteindre les objectifs de protection et scientifiques de la proposition commune d'AMP, la Commission devra changer l'allocation des captures de la pêcherie à la palangre de légine antarctique. Par le passé quelque 20% des captures de la pêcherie étaient réalisées dans les limites de l'AMP proposée. Bien qu'il ne soit pas possible d'estimer avec précision pendant combien de temps l'AMP proposée devrait rester en vigueur, on estime qu'il faudra plusieurs décennies pour produire les résultats scientifiques qui permettront de faire la distinction entre les effets du changement climatique et ceux de la pêche.